Par Emmanuel Haillot

 

«Je suis sans doute un peu fou. Je me ruine mais maintenant que c’est lancé je vais au bout !». Dans le secteur, on l’appelle affectueusement l’Indien. Mais derrière son teint coloré, et une vraie courtoisie, se cache surtout un grand chef d’entreprise qui vient de «se faire plaisir». Propriétaire, entre autres, de plusieurs biens immobiliers à Toulouse, de nombreux locaux commerciaux dans sa couronne, des terrains Bonitofoot de Colomiers et Beauzelle, Zeid Hassim est en train de réaliser son dernier projet : construire un hôtel grand luxe au château Lagarrigues, à Villemur-sur-Tarn. Acquis voilà deux ans, le site s’est métamorphosé depuis. Il préfigure un lieu unique où vieilles pierres se mêleront aux matériaux modernes pour offrir aux invités le top du raffinement. Le tout, en pleine nature. L’ensemble a été confié à l’architecte Hoyer. Six suites de luxe de 70 m2 ouvriront au deuxième étage de la bâtisse restaurée de fond en comble. «Je n’étais pourtant tombé amoureux que du lac au début ! Mon notaire m’a dit que ça serait une affaire. Financièrement, je n’en suis plus sûr ! Mais peu importe. Je fais aussi cela pour mes enfants qui un jour en bénéficieront. Avouez que c’est beau !», confie l’homme dans les pas duquel une visite privée en avant première laisse imaginer la suite…

Le dernier étage, auquel on accède par un ascenseur extérieur, sera réservé aux bureaux des sociétés que gère Zeid Hassim. Il en a une trentaine environ. Leur siège social y sera transféré. Une salle de musculation ainsi qu’un jacuzzi seront installés tout en haut. En dessous se trouveront les chambres.

Au rez-de-chaussée, une petite discothèque a vu le jour pour que le décor soit complet. Le propriétaire souhaite déjà y proposer «des thés dansants aux personnes âgées».

Chefs étoilés ?

À quelques pas, un grand restaurant est lui aussi bien avancé, avec sa cuisine ultramoderne, sa salle luxueuse et sa cave à vins hors normes. «J’ai l’idée de faire venir six chefs étoilés qui travailleront à tous de rôle tous les vendredis. Le but est aussi de proposer ce site pour des grands mariages. J’espère d’ailleurs que mes enfants y célébreront leurs noces. J’imagine déjà 600 ou 700 invités !». Pour cela il faut de la place. Sur les 12 hectares du parc, il en reste suffisamment pour imaginer de modestes extensions. La petite maison colorée à l’entrée du site sera elle aussi transformée en hôtel plus modeste, de huit chambres plus… accessibles. Lovée au bord du lac, elle offre une vue le ballet des cygnes noirs et blancs qui côtoient déjà de magnifiques canards et grandes aigrettes. Des bungalows en bois sont également programmés. Quant à l’ancienne piscine en carrelage, elle a été supprimée pour faire place à la nouvelle tout juste creusée… en forme de violon. Enfin, 400 palmiers viennent d’être livrés pour apporter une note d’exotisme.

Arrivé de Madagascar en 1977, Zeid Hassim a d’abord été professeur pendant quatre ans. Il s’est ensuite investi dans l’import-export et a rapidement fait fortune. Il a également été un des principaux négociant en litchis pour la France. Il gère aujourd’hui un patrimoine immobilier conséquent à Toulouse et ses environs auquel il vient d’ajouter ce coûteux mais joli coup de cœur dans lequel il aura investi plus de trois millions d’€. Et ce, sans s’appuyer sur la moindre étude de marché. Mais le résultat sera visiblement à la hauteur de la passion du propriétaire du long travail fourni par les vingt-cinq ouvriers présents tous les jours sur le chantier. Les premiers clients pourraient profiter de la fraîcheur du lac l’été 2016.


Le chiffre : 6

Suites de luxe > Et huit chambres dans une petite maison. L’offre s’adressera à une clientèle aisée pour la partie château et aussi plus familiale puisque le propriétaire annonce la création de bungalows de grande qualité autour du lac.

http://www.ladepeche.fr/article/2015/02/01/2041097-le-chateau-du-xixe-siecle-devient-hotel-de-luxe.html

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *